Soigner les troubles spécifiques des adolescents

 
Hospitaliser un adolescent est une décision peu fréquente, mais qui, lorsqu'elle est nécessaire permet le dépassement très utile d'une situation de blocage et de souffrance psychique préjudiciables à sa construction.
 
Présentation du Docteur Patrice HUERRE, Médecin Coordonnateur CLINEA pour les unités de Psychiatrie infanto-juvénile

Pourquoi hospitaliser un adolescent en psychiatrie ?

L'objectif est double:

  • mieux évaluer les troubles et leur origine afin de mettre en place la réponse la mieux adaptée pour la suite;
  • traiter les symptômes actuels les plus douloureux (angoisses, affects dépressifs, délire, idées suicidaires...).

 

La psychiatrie infanto-juvénile ou pédo-pscyhiatrie, pour qui?

Les particularités de la psychiatrie de l'adolescent découlent directement du fait qu'elle concerne des sujets humains en transformation, chez lesquels les manifestations apparentes ne peuvent que rarement être prises pour une pathologie déjà installée.

Nous devons être attentifs à ne pas confondre des troubles qui témoignent d'une déstabilisation actuelle, parfois actifs et débordants, avec une maladie installée, alors même qu'ils en prennent l'allure.

Mais l'adolescence est aussi l'âge où apparaissent des pathologies de l'âge adulte, sans que rien n'ait attiré l'attention jusqu'alors durant l'enfance.

Enfin, il est aussi des adolescents, dont la pathologie de l'enfance se poursuit, se transforme, et décompense en s'accentuant sous l'effet de la puberté (psychoses de l'enfant; troubles phobiques ou obsessionnels (TOC); TDAH...).

Il faut savoir qu'il existe de grandes variations dans les formes d'expression d'une souffrance psychique à l'adolescence :

  • Directes : comme on le retrouvera plus tard chez l'adulte avec les catégories cliniques qu'on y connaît : dépression franche, délire, angoisses massives et entravantes...
  • Indirectes : avec des manifestations trompeuses somatiques, comportementales, scolaires… qui donnent souvent lieu à des réponses inadaptées de ce fait.

 

La gravité des troubles n'est pas toujours liée aux apparences qu'ils prennent.

Comment ?

Pour s'assurer de la pertinence de l'indication d'hospitalisation, il est important de procéder à une évaluation préalable, par le correspondant extérieur, ou, à défaut en cas de première manifestation inquiétante, par le médecin de l'unité d'hospitalisation ("consultation de pré admission").

Ce qui guide l'action est d'éviter que des difficultés psychologiques, relationnelles, comportementales ne s'installent, et que ce qui n'est encore que pathogène (c'est-à-dire  gênant ou entravant la vie quotidienne ou porteur d'une potentialité pathologique) ne devienne maladie.

À chaque fois que possible, les modalités de soins proposées aux adolescents seront ambulatoires, afin de maintenir les liens avec la vie familiale et sociale du jeune.

Mais il est des cas dans lesquels l'absence d'hospitalisation peut être préjudiciable.

L'association hospitalisation égale gravité doit être mise en question. D'autant plus qu'existent des offres de soins en hospitalisation de nuit ou de jour en complément de l'hospitalisation complète.

Quand hospitaliser un adolescent en psychiatrie ?

Quand les souffrances psychiques exprimées empêchent la poursuite du développement personnel, scolaire, social.

Et quand il s'agit de pathologies émergentes à l'adolescence (du type psychose ou dépression grave) qui nécessitent une intervention thérapeutique le plus rapidement possible, parfois pour une durée brève, en attendant un relais en hospitalisation de jour ou en ambulatoire.

Il s'écoule malheureusement en moyenne trois ans entre les premiers symptômes de telles pathologies et leur prise en compte sérieuse en hospitalisation.

Où hospitaliser un adolescent en Psychiatrie ?

Toutes les régions de France ne disposent pas encore d'unités dédiées à cet âge. Les adolescents sont alors hospitalisés en psychiatrie de l'adulte, ce qui n'est évidemment pas adapté à la plupart d'entre eux, sauf exception.

Le Groupe CLINEA propose des unités d'hospitalisation regroupant des jeunes de la même classe d'âge, ce qui facilite la vie en groupe et l'acceptation de l'aide médicale, et permet d'offrir des soins de qualité du fait d'une spécialisation des équipes. Et ce en lien avec les familles et les partenaires tant sanitaires qu'éducatifs et/ou scolaires.

>> Découvrez nos unités d’hospitalisation adolescents :

  • Clinique Lautréamont à Loos
  • Clinique Villa des Pages au Vésinet
  • Clinique Château du Bel Air à Crosne
  • Clinique La Lironde à Montpellier
  • Clinique Marigny à Saint Loup de Camas
  • Clinique du Roussillon à Perpignan
  • Clinique Régina à Sévrier
  • Clinique L’Escale à Saint-Victoret

Quelle prise en charge dans les unités de psychiatrie infantojuvénile CLINEA?

Plus précisément, l'adolescent en souffrance psychique, quelles que soient les modalités d'expression qu'elle prend, est un être en développement et en mutation. Ses liens à son corps, à son monde interne, comme à son entourage, ses enseignants et plus largement aux représentants de la société dans laquelle il s'inscrit sont remis en question. C'est pourquoi, la prise en charge des adolescents implique des professionnels incarnant les différentes  facettes de sa problématique : soignants bien entendus, mais aussi éducateurs, art thérapeute et psychomotricien afin de l'aider, grâce au travail pluri disciplinaire, à établir une unité plus acceptable de lui même.

Ces professionnels doivent être formés aussi bien aux données de l'enfance qui précède, qu'aux évolutions possibles sur un plan pathologique à l'âge adulte prochain. Leur positionnement en tant qu'adultes investis d'un rôle "éducatif" compte autant que leur métier de soignant.

Ils proposent, outre des interventions individualisées (entretiens, activités à médiation, ré éducation en psychomotricité...), des activités en groupe avec des médiations corporelles, artistiques, à l'aide de jeux vidéos, ainsi que des groupes de parole permettant l'expression partagée des questions individuelles.

Le temps de l'hospitalisation au sein d’une clinique CLINEA permet aussi de favoriser le développement d'une éducation à la santé (tabac, cannabis et autres drogues, sexualité et contraception...) par les soignants du service, en partenariat avec des dispositifs extérieurs habilités.

Trouvez votre clinique psychiatrique en France

Accédez à notre moteur de recherche pour trouver la clinique psychiatrique qui correspond à vos besoins

Voir
Un numéro unique pour toute information

Sur simple appel, conseils et orientation vers l'établissement le plus adapté à vos besoins. Ou complétez le formulaire au lien ci-dessous

Voir
Le confort hôtelier

Nos équipes cultivent une culture de l’hospitalité pour que votre séjour parmi nous soit le plus agréable possible.

Voir
Une approche de soin individualisée

Chaque patient est un individu unique, fruit de sa personnalité, de son histoire de vie, de son parcours et de sa pathologie. Découvrez la prise en charge personnalisée proposée par nos équipes

Voir
Un suivi médical rigoureux

Découvrez le projet de soin global mis en œuvre pour chaque patient

Voir